Faut il boire des litres d’eau ? Selon la diététique chinoise

Par Philippe Sionneau

o1La diététique chinoise à une conception différente de l’alimentation et de la santé que les systèmes hygiénistes occidentaux. Sa grande force est d’être basée sur un système médical extrêmement cohérent et efficace, doté d’une expérience de plusieurs siècles. Cet article vise à démontrer la différence d’approche entre les courants orientaux et occidentaux. Pour cela, j’ai pris un exemple tout simple qui est la consommation d’eau.

Boire ou ne pas boire, telle est la question. Notre époque a tranché, c’est clair, pour la première solution. Quelle incitation à boire depuis plus de trente ans de par certains courants naturopathiques, de par les médecins, de par la publicité des groupes agro-alimentaires ! « Buvez, éliminez ! ». Le message publicitaire a si bien fonctionné qu’il est devenu vérité. C’est vrai, puisqu’on vous le rabâche tous les jours sur les médias. Boire des litres est devenu gage de santé, de forme et même de pureté. De plus, on joue sur la corde sensible : boire beaucoup vous permettrait de perdre vos kilos en trop. Jamais les producteurs d’eaux minérales n’ont autant vendu de bouteilles !

Que pense la médecine chinoise sur la quantité de boisson à consommer ?

Faut-il réellement croire aux bienfaits de cette consommation de grandes quantités d’eau ? La médecine chinoise est claire à ce sujet : tout dépend de votre constitution, tout dépend de l’état de l’énergie de votre Rate et de vos Reins, tout dépend du moment de sa consommation.

Selon votre constitution :

  • Si vous êtes frileux, avec les mains et les pieds froids, tendance à être fatigué, à transpirer peu dans la journée, avoir des selles molles, alors vous devez boire assez modérément et chaud.
  • Si vous urinez assez fréquemment, clair et en quantité importante, alors vous devez boire assez modérément et chaud.
  • Si vous n’éprouvez pas ou peu la soif naturellement (même si vous buvez beaucoup par habitude), alors vous devez boire assez modérément et chaud.

Plus vous avez soif, plus vous avez chaud, plus vous transpirez, plus vos urines sont foncées ou peu abondantes, plus vous souffrez d’une sensation de bouche et gorge sèches, plus vous pouvez boire en quantité. Mais nous vous recommandons de boire quand même chaud ou à température ambiante. Les boissons fraîches ou glacées provoquent tôt ou tard des problèmes de santé même chez une personne de bonne constitution qui ne fait pas attention.

Selon l’état de votre Rate et de vos Reins :

En fait, si votre Rate et vos Reins sont déficients, ils ne transforment pas correctement les liquides. Il est alors inutile de forcer le corps qui, pour se débarrasser de cet excès de boissons vous amènera à uriner de manière importante. Boire trop est une sorte de « grignotage » qui fatigue l’organisme. Comment savoir si votre Rate et/ou vos Reins gèrent mal les boissons ? Trois symptômes majeurs vous aident à faire votre propre diagnostic :

  • Si vous avez l’impression d’uriner la même proportion que ce que vous buvez
  • Si très vite après avoir bu vous êtes obligé d’aller uriner
  • Si naturellement vous n’éprouvez pas de soif

Le résultat d’un excès de liquides, contrairement à ce qu’il est dit fréquemment, est de fatiguer le corps ou tout au moins d’affaiblir à terme les fonctions de la Rate et des Reins. En dehors de certaines maladies où il est vital de boire beaucoup, les enseignements de la médecine chinoise nous encouragent à suivre sa soif ou tout au moins de s’arrêter de boire si nous urinons beaucoup après l’absorption de liquides.

Selon le moment de l’ingestion du liquide :

Si nous buvons au début et pendant le repas, le liquide noie le feu digestif. C’est comme si nous ajoutions de l’eau dans une poêle chaude alors qu’elle était prête à recevoir les aliments pour les cuire. Cela a pour conséquence de ralentir le processus digestif et noyer les sucs digestifs. La digestion est plus longue et moins efficace, d’autant plus que la boisson est froide. Si vous souffrez d’un quelconque trouble de la digestion, il est impératif de boire en fin de repas, chaud et sans excès.

o2

En résumé que faire ?

* Sauf maladie particulière, boire à sa soif
* Boire chaud ou à température ambiante (même l’été)
* Ne pas boire au début et au milieu du repas
* Finir son repas par une soupe ou une boisson chaude (quantité modérée)
* Ne pas boire après les repas pendant les phases digestives
* Boire en dehors des phases digestives des quantités qui ne provoquent pas de mictions abondantes

Quelle est la philosophie de cet article ? Que les dogmes alimentaires qui sévissent dans certains courants de médecines non-conventionnelles sont un non-sens. Rien n’est jamais absolu en terme d’alimentation. Que les conseils diététiques doivent tenir compte de la constitution de chaque personne. Sans une individualisation précise, tout « bonne chose » peut s’avérer une cause de dérèglement.